Le revenu disponible

Seuls grands gagnants : les revenus les plus élevés

La comparaison entre les dépenses obligatoires annuelles d’une famille en 1998 et en 2008 donne le résultat suivant : une famille à bas revenu a 400 francs de plus dans son portemonnaie ; une famille à moyen revenu, 2700 francs de plus et une famille à haut revenu, 14 800 francs de plus. Limité pour les bas et moyens revenus, le gain est ici d’une ampleur beaucoup plus grande pour les très hauts revenus. Cela s’explique avant tout par les baisses des impôts sur le revenu qui ont nettement plus profité aux hauts revenus. S’y ajoute la hausse des taxes et des impôts indirects ainsi que des loyers et des primes de caisse-maladie. Des dépenses qui grèvent presque autant les bas et moyens revenus que les hauts.
Si l’on déduit toutes ces dépenses du salaire net, il reste aux bas revenus encore 10 % de croissance des salaires, soit 400 francs sur 4000 de croissance des salaires nets. Une proportion qui est de 50 % pour les moyens revenus et de 100 % pour les hauts. La politique appliquée favorise donc le revenu disponible des familles à très hauts revenus.

Une hausse exorbitante des charges

IEntre 1997 et 2008, on a assisté à une hausse considérable des impôts indirects (TVA, im-pôts à la consommation), des primes de caisse-maladie et des taxes. Ces dépenses politi-quement voulues comme telles pèsent dans une mesure semblable sur tout le monde et grè-vent donc beaucoup plus les budgets des familles à bas et moyens revenus.